Pays(nu)ages

Le pays nuage plane 
s'étend, s'étire, 
condense, électrise,
gonfle, ruisselle,
s'envole, 

Le pays(nu)age s'admire,
au fil de l'horizon,
au plomb du ciel,
surfant les collines,
embrassant les arbres.

Le Pays(nu)age 
change de visage
calme et détendu,
colérique et tumultueux.

Il roule les mécaniques
pleure toutes ses âmes,
elles s'envolent électriques
et s'écrasent au macadam.

A fleur de bitume,
le phénix s'embrume,
en filigrane,
pays nuage plane.








Posts les plus consultés de ce blog

La tête dans les nuages, les pieds dans les déchets

Maison Rouge : nouveau cœur des vallées cévenoles

Paysages Monsois