Accéder au contenu principal

Sélection

Féria d'Alès 2018 : En Pégoulade...

Si j'étais migrant

Si j'étais migrant,

je fuirais la peur,
j'irais par la terre, j'irais par les sables,
j'irais par delà les montagnes, j'irais par la mer,
j'irais malgré les vents sur les chemins entrouverts,
j'irais la nuit noire avec des groupes perdus,
de bivouacs improvisés en camps bondés,
pour quelques heures de repos et attendre.
Attendre un papier, un appel, à manger, à boire,
Attendre et marcher.
Elle est loin la vie d'avant, celle d'avant la guerre.
Ce serait une guerre qui n'est pas la notre,
entre un tyran et de faux prophètes,
entre la terreur et l’effroi.
Rester, c'est mourir. Partir, espérer.
Alors je marcherais pour ma liberté,
je marcherais à la rencontre de passeurs,
dans l'espoir d'un bateau incertain,
et de frontières fissurées, de barbelés coupés,
de mains tendues, de paroles de réconforts.
je marcherais vers des plages ensoleillées
où les enfants allongés dessinent des anges
je marcherais vers la vie de ceux que j'aime
je jouerais avec mes amis la musique de nos nostalgies
je marcherais dans les pas de mes souvenirs pour oublier l'exil



Si j'étais migrant,

je pleurerais le soir en cachette,
mes souvenirs empaquetés dans mon chouette téléphone
qui file le passé et l'avenir.

Si j'étais migrant,

mes prières silencieuses ne seraient pas entendues,
je serais un fantôme à tête de bandit,
hanté par les anges noyés.

Si j'étais migrant,

mes rêves voyageraient au bout de vos cauchemars,
nous pourrions rire de nos terreurs,
et dompter l'hydre de nos différences.

Si j'étais migrant,

tu serais devenu un ami,
tu serais devenu ma famille,
et aux beaux jours nous irons chez moi.

Posts les plus consultés de ce blog

La tête dans les nuages, les pieds dans les déchets

Quand le soleil tape, dur, sur le sol, les arbres, les maisons et les visages, il faut nécessairement attendre le soir pour trouver de belles lumières. Les ombres s'agrandissent, les couleurs reprennent de la saturation. Sinon il faut attendre une de ces pluies de l'été pour retrouver le goût des lumières diffuses et douces. 

Commençons par la fin, le lendemain matin, vendredi 14 août, Mons, il est 7h00 à peine, vite, courrir la garrigue , les brumes ne vont pas durer, la pluie est bien tombée sur les sols chauds. Presque trop tard, déjà la lumière durcit le ton, la végétation tente encore d'aspirer cette bonne humidité, plus de 60 jours sans pluie, même en garrigue, ça assoiffe.


La veille entre deux averses nous sommes sortis nous promener. Nous prenons la route entre Celas et Maruéjols les Bois. Comme souvent je photographie les objets "jetés", les canettes écrasées, les bouteilles vides. Ce jour là il y a en plus un paquet de tôles certainement en amiante-cim…

Carnet de campagne 2017, photographies sans légende

Une sélection de photographies sur la campagne ou prises durant la campagne électorale de la présidentielle aux législatives. 7 photographies sans légende.


Make Giverny Great Again (2)

Les amateurs de peintures, les fans de l'impressionnisme, les amoureux de Monet sauront placer sur la carte de France cette petite commune aux confins de la Normandie et du Vexin. Pour les autres Giverny est située à quelques encablures de Vernon, ville de l'Eure, ville de mon enfance, coincée aux bords de Seine entre Paris et Rouen.


Giverny c'est la mecque de l'impressionnisme, celle de Monet. C'est là que crèchent ses nénuphars dans des bassins alimentés par une dérivation de l'Epte. Ce premier dimanche d’août entre deux séances de migration estivale, l'occasion d'une promenade familiale nous a conduit droit à Giverny pour visiter l'exposition du musée des impressionnismes (qui la dernière fois que je m'y suis rendu se nommait encore musée "américain") consacrée à Manguin.

Aucune faute de frappe, vous ne l'avez pas lu trop vite, il s'agit bien de Henri Manguin et non Paul Gauguin. Contemporain de Cézanne et Matisse, il fut l…