Accéder au contenu principal

Sélection

Féria d'Alès 2018 : En Pégoulade...

City Trek à Lyon

La Saône

Quais de Saône

Le Musée "spatial" côté Saône

Le Musée "spatial" côté Rhône
Lyon.
Longtemps délaissée par les touristes, Lyon, ancienne capitale des Gaules, ville de passage entre le nord et le sud, s'est muée en ville moderne. Carrefour géographique du sud de  l'Europe, la belle endormie, s'est réveillée, et est entrée dans le 21ème siècle en affichant fièrement sa différence. La ville a su allier des architectures anciennes, importées par les marchands italiens et moderne avec à sa pointe le musée spatial de la confluence entre Saône et Rhône. Elle a su ré-inventer en France le Vélo avec le Vélib, le foot avec l'OL.

Depuis plusieurs années je suis amené à me rendre à Lyon pour différentes occasions : amis, salons professionnels, rendez-vous sportif. Evidemment ce sont les amis qui d'abord vous font découvrir et aimer leur ville. Et quand les Lyonnais de cœur vous amènent à la découverte des richesses de cette ville, il n'y a rien à faire, on tombe sous le charme.

Et comme pour toute ville, pour la découvrir il faut s'y promener et rien de tel que de demander à un passionné de sa ville pour la faire. C'est ainsi que Patrick Mathon (www.lyoncitytrek.fr) s'est spécialisé dans l'organisation de "treks urbains", pour entrer dans les traboules et gravir les collines Lyonnaises. Nous l'avons suivi durant 1/2 journée du vieux Lyon à Fourvière, à pied et en funiculaire...

Et on se laisse aussi embarqué par la Saône, ses quais et bouquiniste, descendre jusqu'à la confluence en bateau pour visiter ce vaisseau amiral de la culture.

Evidemment cela n'est qu'un extrait de cette ville riche de sa gastronomie, de la quenelle au foie de veau, de son histoire avec le cinéma et les frères lumières, avec l'industrie historique de la soie puis celle de la santé, du high tech.

Bon tout ça pour écouter un petit morceau de la visite... car coté photo...

Traboule à l'italienne

Un petit air des "Six Compagnons"

ré-invneter le lien social...


Posts les plus consultés de ce blog

La tête dans les nuages, les pieds dans les déchets

Quand le soleil tape, dur, sur le sol, les arbres, les maisons et les visages, il faut nécessairement attendre le soir pour trouver de belles lumières. Les ombres s'agrandissent, les couleurs reprennent de la saturation. Sinon il faut attendre une de ces pluies de l'été pour retrouver le goût des lumières diffuses et douces. 

Commençons par la fin, le lendemain matin, vendredi 14 août, Mons, il est 7h00 à peine, vite, courrir la garrigue , les brumes ne vont pas durer, la pluie est bien tombée sur les sols chauds. Presque trop tard, déjà la lumière durcit le ton, la végétation tente encore d'aspirer cette bonne humidité, plus de 60 jours sans pluie, même en garrigue, ça assoiffe.


La veille entre deux averses nous sommes sortis nous promener. Nous prenons la route entre Celas et Maruéjols les Bois. Comme souvent je photographie les objets "jetés", les canettes écrasées, les bouteilles vides. Ce jour là il y a en plus un paquet de tôles certainement en amiante-cim…

Carnet de campagne 2017, photographies sans légende

Une sélection de photographies sur la campagne ou prises durant la campagne électorale de la présidentielle aux législatives. 7 photographies sans légende.


Make Giverny Great Again (2)

Les amateurs de peintures, les fans de l'impressionnisme, les amoureux de Monet sauront placer sur la carte de France cette petite commune aux confins de la Normandie et du Vexin. Pour les autres Giverny est située à quelques encablures de Vernon, ville de l'Eure, ville de mon enfance, coincée aux bords de Seine entre Paris et Rouen.


Giverny c'est la mecque de l'impressionnisme, celle de Monet. C'est là que crèchent ses nénuphars dans des bassins alimentés par une dérivation de l'Epte. Ce premier dimanche d’août entre deux séances de migration estivale, l'occasion d'une promenade familiale nous a conduit droit à Giverny pour visiter l'exposition du musée des impressionnismes (qui la dernière fois que je m'y suis rendu se nommait encore musée "américain") consacrée à Manguin.

Aucune faute de frappe, vous ne l'avez pas lu trop vite, il s'agit bien de Henri Manguin et non Paul Gauguin. Contemporain de Cézanne et Matisse, il fut l…