Accéder au contenu principal

Sélection

Pays(nu)ages

[Critique] Quand les Triplettes partent à l'Ouest

Les 3, 4 et 5 octobre derniers, le Cratère, scène nationale, accueillait "Les Triplettes de Belleville dans Go Ouest".
A l'origine, "Les Triplettes de Belleville" est un film d'animation au succès international de Sylvain Chomet. Le film se termine après une course poursuite par un départ vers l'inconnu de nos trois triplettes accompagnées par Mme de Souza, Bruno, le chien, et le fils cycliste (Champion) pédalant sur une machine bien étrange.

Sur scène, nous retrouvons nos Triplettes traversant l'Amérique. Elles vont dans leur périple vers l'ouest faire la rencontre du Colonel Parker, manager d'un certain Elvis, chanteur dépressif refusant de se produire avec les nouveaux rois du Rock, les Beatox....

Le spectacle est un spectacle vivant avec des musiciens "acteurs" sur scènes (ce qui signifie qu'ils jouent en "live"), des Triplettes plus vraies que nature et l'univers des Triplettes de Belleville qui est bien présent. 

On retiendra dans ce show un Laurent Ournac vraiment à l'aise sur scène aussi bien dans ses pas de danse et déhanchés Elviesques (vive "Danse avec les Stars"?), que dans le chant, et oui Laurent Ournac chante aussi, et c'est plutôt réussi. Musicalement rien à redire, un très bel enchaînement, du rock, du blues et surtout un Fado plein d'émotions interprété brillamment par Mme de Souza (Samantha Lopez), le Club des 27 est aussi une belle invention prétexte à revisiter nos classiques des grands du "rock" morts à 27 ans, et que dire du final dans un décor à l'américaine.

En final : à ne pas rater !
J'ai hésité entre à voir et à ne pas rater, mais le potentiel du spectacle, fait qu'il me semble inévitable qu'il devienne meilleur au fil des représentations.
Donc, pour passer un bon moment, en famille, un spectacle qui bouge, original, drôle, qui donne la banane, il ne faut pas le rater. Et comme c'est une co-production à dominante cévenole (Le Cratère, Dada à la musique, la costumière Laurence Magnanelli...), il a tout d'un show qui, je l'espère, dépassera toutes les frontières.

La fiche du spectacle sur le site du Cratère

Les prochaines dates à suivre par ici (et aux Folies Bergères du 12 au 15 mars 2015) 

Posts les plus consultés de ce blog

La tête dans les nuages, les pieds dans les déchets

Quand le soleil tape, dur, sur le sol, les arbres, les maisons et les visages, il faut nécessairement attendre le soir pour trouver de belles lumières. Les ombres s'agrandissent, les couleurs reprennent de la saturation. Sinon il faut attendre une de ces pluies de l'été pour retrouver le goût des lumières diffuses et douces. 

Commençons par la fin, le lendemain matin, vendredi 14 août, Mons, il est 7h00 à peine, vite, courrir la garrigue , les brumes ne vont pas durer, la pluie est bien tombée sur les sols chauds. Presque trop tard, déjà la lumière durcit le ton, la végétation tente encore d'aspirer cette bonne humidité, plus de 60 jours sans pluie, même en garrigue, ça assoiffe.


La veille entre deux averses nous sommes sortis nous promener. Nous prenons la route entre Celas et Maruéjols les Bois. Comme souvent je photographie les objets "jetés", les canettes écrasées, les bouteilles vides. Ce jour là il y a en plus un paquet de tôles certainement en amiante-cim…

Make Giverny Great Again (2)

Les amateurs de peintures, les fans de l'impressionnisme, les amoureux de Monet sauront placer sur la carte de France cette petite commune aux confins de la Normandie et du Vexin. Pour les autres Giverny est située à quelques encablures de Vernon, ville de l'Eure, ville de mon enfance, coincée aux bords de Seine entre Paris et Rouen.


Giverny c'est la mecque de l'impressionnisme, celle de Monet. C'est là que crèchent ses nénuphars dans des bassins alimentés par une dérivation de l'Epte. Ce premier dimanche d’août entre deux séances de migration estivale, l'occasion d'une promenade familiale nous a conduit droit à Giverny pour visiter l'exposition du musée des impressionnismes (qui la dernière fois que je m'y suis rendu se nommait encore musée "américain") consacrée à Manguin.

Aucune faute de frappe, vous ne l'avez pas lu trop vite, il s'agit bien de Henri Manguin et non Paul Gauguin. Contemporain de Cézanne et Matisse, il fut l…

Maison Rouge : nouveau cœur des vallées cévenoles

Samedi 16 septembre, l’événement des vallées cévenoles est bien en ce week-end des journées du patrimoine, l'ouverture partielle de Maison Rouge à Saint-Jean du Gard.


Les Cévennes souffraient de ne pas avoir un lieu à la hauteur, un lieu qui puisse marquer les visiteurs pour évoquer l'histoire et les traditions cévenoles. Un lieu symbole que chaque cévenol aurait en tête pour emmener sa famille, ses amis à la rencontre de ce territoire aux identités fortes.

Ce lieu est désormais ouvert au public. Maison Rouge, une ancienne filature, la dernière filature française fermée en 1965, devenue, en 2017, musée des vallées cévenoles.

En attendant son ouverture définitive au printemps 2018, les visiteurs, et les cévenols en particulier peuvent (re)visiter les Cévennes par leurs traditions (pastoralisme, industrie de la soie..) et son histoire. Il est intéressant d'écouter les "anciens" qui racontent leurs relations à ce territoire, de la châtaigne à la soie. Certains évoq…