Accéder au contenu principal

Sélection

Pays(nu)ages

Picsdeal : lance la photographie participative

Attention malgré sa consonance Picsdeal n'est pas une nouvelle agence de microstock. Non, l'ambition des créateurs de la plateforme est beaucoup plus ludique : faire de la photographie un jeu communautaire. 

Avec Picsdeal, le photographe amateur créé sa communauté et retrouve de nombreux autres passionnés pour partager, commenter et surtout concourir. Car le principe du site repose sur l'organisation et la participation à de nombreux concours photo.

Phase 1 : créer un concours. C'est l'originalité première de la plateforme : chaque membre peut proposer un concours, son concours photo. Ce sont les autre membres qui votent et valident la mise en place d'un concours.

Phase 2, le concours est lancé, 2 par jour aujourd'hui, les membres proposent chacun une photo.

Phase 3, les participations sont bloquées, les votes commencent et les 3 premiers remportent des Picsys...

C'est là l'originalité seconde du site : chaque "picsdealer", perçoit des Picsys pour démarrer et participer aux concours. De même les Picsys viennent alimenter le compte du membre quand il atteint des niveaux qui récompensent son activité sur la plateforme (partages, concours, organisation...).

A quoi servent les Picsys ? Il servent de monnaie d'échange pour acquérir des cadeaux proposés par le site, cela va des gadgets de style bloc note ou coques pour smartphone au "Graal" pour les photographes avertis un EOS 5D...

Les deux créateurs de la start-up alésienne Weppin se prénomment Yoann Landelle et Jimmy Marin (cf. photo). Ce projet qui a démarré il y a deux ans, vient d'entrer dans sa phase de maturité avec une nouvelle version plus ergonomique lancée en mai 2014. 
Avec 7.000 membres en début d'année, le site ambitionne d'attirer 30.000 membres d'ici la fin de l'année et de devenir la référence en matière de photographie participative. 
Au programme de l'année 2014 après le lancement de la nouvelle version, une appli pour smartphones qui rendra la plateforme encore plus réactive. Autre nouvelle, les deux créateurs viennent d'être récompensés par le concours Alès Audace organisé par Alès Agglomération par un 4ème prix d'une valeur de 10.000 €uros et sont en phase de recherches de fonds pour accélérer le développement du site.

Mon avis **** : voilà un peu plus d'un mois que j'expérimente la plateforme de concours. Rien à dire sur la plateforme, il faut un peu de temps pour bien la prendre en main, mais le concept est réellement ludique, je retrouve dans l'idée les débuts d'Agoravox, plateforme de média citoyen
La communauté a déjà une taille intéressante (7.000 membres) et Google Search by image est le véritable allié des photographes amateurs de la communauté qui vérifient que les images utilisées ne proviennent pas du net, de magazine ou autres photographes, l'admin du site s'occupant de fermer les comptes litigieux, gage de sérieux et de pérennité pour le site. 
Si au début j'ai eu un peu de mal à entrer dans la logique de le plateforme, cette dernière devient assez vite amusante dans la logique de concours (je suis pas fan des concours vous l'aurez compris). Mais le plus vient dans l'organisation de groupes privés ou l'animations de communautés et on peut assez vite imaginer ce que les clubs photos pourront faire de ce nouvel outil...! 

En conclusion : une start-up française (alésienne !) qui propose une plateforme au niveau des start-ups américaines. A la différence de FlickR et 500Px le site n'a pas de vocation aujourd'hui à commercialiser les photos de ses membres et reste entièrement gratuit, le concept repose bien sur la notion de concours... Un site à suivre !

Posts les plus consultés de ce blog

La tête dans les nuages, les pieds dans les déchets

Quand le soleil tape, dur, sur le sol, les arbres, les maisons et les visages, il faut nécessairement attendre le soir pour trouver de belles lumières. Les ombres s'agrandissent, les couleurs reprennent de la saturation. Sinon il faut attendre une de ces pluies de l'été pour retrouver le goût des lumières diffuses et douces. 

Commençons par la fin, le lendemain matin, vendredi 14 août, Mons, il est 7h00 à peine, vite, courrir la garrigue , les brumes ne vont pas durer, la pluie est bien tombée sur les sols chauds. Presque trop tard, déjà la lumière durcit le ton, la végétation tente encore d'aspirer cette bonne humidité, plus de 60 jours sans pluie, même en garrigue, ça assoiffe.


La veille entre deux averses nous sommes sortis nous promener. Nous prenons la route entre Celas et Maruéjols les Bois. Comme souvent je photographie les objets "jetés", les canettes écrasées, les bouteilles vides. Ce jour là il y a en plus un paquet de tôles certainement en amiante-cim…

Make Giverny Great Again (2)

Les amateurs de peintures, les fans de l'impressionnisme, les amoureux de Monet sauront placer sur la carte de France cette petite commune aux confins de la Normandie et du Vexin. Pour les autres Giverny est située à quelques encablures de Vernon, ville de l'Eure, ville de mon enfance, coincée aux bords de Seine entre Paris et Rouen.


Giverny c'est la mecque de l'impressionnisme, celle de Monet. C'est là que crèchent ses nénuphars dans des bassins alimentés par une dérivation de l'Epte. Ce premier dimanche d’août entre deux séances de migration estivale, l'occasion d'une promenade familiale nous a conduit droit à Giverny pour visiter l'exposition du musée des impressionnismes (qui la dernière fois que je m'y suis rendu se nommait encore musée "américain") consacrée à Manguin.

Aucune faute de frappe, vous ne l'avez pas lu trop vite, il s'agit bien de Henri Manguin et non Paul Gauguin. Contemporain de Cézanne et Matisse, il fut l…

Maison Rouge : nouveau cœur des vallées cévenoles

Samedi 16 septembre, l’événement des vallées cévenoles est bien en ce week-end des journées du patrimoine, l'ouverture partielle de Maison Rouge à Saint-Jean du Gard.


Les Cévennes souffraient de ne pas avoir un lieu à la hauteur, un lieu qui puisse marquer les visiteurs pour évoquer l'histoire et les traditions cévenoles. Un lieu symbole que chaque cévenol aurait en tête pour emmener sa famille, ses amis à la rencontre de ce territoire aux identités fortes.

Ce lieu est désormais ouvert au public. Maison Rouge, une ancienne filature, la dernière filature française fermée en 1965, devenue, en 2017, musée des vallées cévenoles.

En attendant son ouverture définitive au printemps 2018, les visiteurs, et les cévenols en particulier peuvent (re)visiter les Cévennes par leurs traditions (pastoralisme, industrie de la soie..) et son histoire. Il est intéressant d'écouter les "anciens" qui racontent leurs relations à ce territoire, de la châtaigne à la soie. Certains évoq…