Accéder au contenu principal

Sélection

Pays(nu)ages

Partir en Corse 7 : le casteddu d'araghju


15 jours en Corse, c'est relativement court pour découvrir en profondeur cette île qui possède une âme à part. Alors comme tout le monde nous piochons aussi dans le guides pour découvrir, comme tant d'autres touristes,des lieux un peu à part ou du moins qui nous intéressent.

C'est ainsi que dans le guide du Routard est référencé le Casteddu d'Araghju, un site mégalithique à proximité de Porto-Vecchio. Le conseil du guide est sans équivoque il faut éviter d'y aller en plein cagna! Et pour cause. Un parking attend les visiteurs dans le village d'Arragio, un grand parking et ce 9 juillet, seule notre voiture profite de l'emplacement. Petite marche vers le départ du site, nous passons un bar puis un chemin le long d'un autre emplacement accueillant avec rafraichissements sous les figuiers pour le retour.

Bien le guide du routard annonce 20 minutes de marche, pour les jeunes adultes en pleine forme, avec de jeunes enfants ou bien des adultes moins aguerris, le chemin, même à 17H30 se révèle être une bonne course de côte. Évidemment c'est à travers la garrigue, quelques vieux troncs calcinés montrent que l'endroit a subit un incendie des années auparavant. La montée s'effectue cependant tranquillement, pas besoin de battre des records, ceux qui descendent vous le disent, c'est plus très loin et en plus ça vaut le coup!

Et en haut ça vaut le coup, les pierres empilées forment un petit fort perché et dominant la plaine. Vue imprenable sur la mer, golf de Porto-Vecchio, et il me semble voir au loin les côtes de la Sardaigne. Le lieu est bien choisi, en hauteur, à distance des marais. Que pouvaient bien faire les hommes de ce temps?
Une photo de famille en haut du site, photo ratée, le déclencheur trop court me prend de dos en train courir, vive le numérique il n'y a qu'à recommencer immédiatement. Une bonne rasade d'eau et c'est à notre tour de descendre et de croiser les touristes transpirants, cherchant du regard le haut du chemin et le but à atteindre, et nous de leur dire, "au point où vous en êtes, c'est plus très loin, et ça vaut le coup!"


Les congés sont terminés, et bizarrement pourquoi n'ai je pas évoqué Porto-Vecchio, la ville du shopping de luxe? Peut être parce cette petite ville manque de charme, que son commerce est trop orienté tourisme et "luxe", pas le luxe synonyme de confort, non, ce luxe pédant des riches trop riches, fiers d'exhiber cette richesse.

Le jour du départ, depuis Ajaccio, nous voyons un incendie qui démarre, les canadairs, ces gros avions qui ressemblent par leurs vols planés au ras de la mer à des pélicans, se posent dans le golf, les sirènes du ferry saluent le port, huit heures de traversée, au bout Toulon puis 3 heures de routes, la maison est là, nos lits sont toujours là, quel bonheur après 15 nuits de camping que de retrouver le confort du matelas, et déjà quand même de penser à repartir.

Posts les plus consultés de ce blog

La tête dans les nuages, les pieds dans les déchets

Quand le soleil tape, dur, sur le sol, les arbres, les maisons et les visages, il faut nécessairement attendre le soir pour trouver de belles lumières. Les ombres s'agrandissent, les couleurs reprennent de la saturation. Sinon il faut attendre une de ces pluies de l'été pour retrouver le goût des lumières diffuses et douces. 

Commençons par la fin, le lendemain matin, vendredi 14 août, Mons, il est 7h00 à peine, vite, courrir la garrigue , les brumes ne vont pas durer, la pluie est bien tombée sur les sols chauds. Presque trop tard, déjà la lumière durcit le ton, la végétation tente encore d'aspirer cette bonne humidité, plus de 60 jours sans pluie, même en garrigue, ça assoiffe.


La veille entre deux averses nous sommes sortis nous promener. Nous prenons la route entre Celas et Maruéjols les Bois. Comme souvent je photographie les objets "jetés", les canettes écrasées, les bouteilles vides. Ce jour là il y a en plus un paquet de tôles certainement en amiante-cim…

Make Giverny Great Again (2)

Les amateurs de peintures, les fans de l'impressionnisme, les amoureux de Monet sauront placer sur la carte de France cette petite commune aux confins de la Normandie et du Vexin. Pour les autres Giverny est située à quelques encablures de Vernon, ville de l'Eure, ville de mon enfance, coincée aux bords de Seine entre Paris et Rouen.


Giverny c'est la mecque de l'impressionnisme, celle de Monet. C'est là que crèchent ses nénuphars dans des bassins alimentés par une dérivation de l'Epte. Ce premier dimanche d’août entre deux séances de migration estivale, l'occasion d'une promenade familiale nous a conduit droit à Giverny pour visiter l'exposition du musée des impressionnismes (qui la dernière fois que je m'y suis rendu se nommait encore musée "américain") consacrée à Manguin.

Aucune faute de frappe, vous ne l'avez pas lu trop vite, il s'agit bien de Henri Manguin et non Paul Gauguin. Contemporain de Cézanne et Matisse, il fut l…

Maison Rouge : nouveau cœur des vallées cévenoles

Samedi 16 septembre, l’événement des vallées cévenoles est bien en ce week-end des journées du patrimoine, l'ouverture partielle de Maison Rouge à Saint-Jean du Gard.


Les Cévennes souffraient de ne pas avoir un lieu à la hauteur, un lieu qui puisse marquer les visiteurs pour évoquer l'histoire et les traditions cévenoles. Un lieu symbole que chaque cévenol aurait en tête pour emmener sa famille, ses amis à la rencontre de ce territoire aux identités fortes.

Ce lieu est désormais ouvert au public. Maison Rouge, une ancienne filature, la dernière filature française fermée en 1965, devenue, en 2017, musée des vallées cévenoles.

En attendant son ouverture définitive au printemps 2018, les visiteurs, et les cévenols en particulier peuvent (re)visiter les Cévennes par leurs traditions (pastoralisme, industrie de la soie..) et son histoire. Il est intéressant d'écouter les "anciens" qui racontent leurs relations à ce territoire, de la châtaigne à la soie. Certains évoq…