Accéder au contenu principal

Sélection

Féria d'Alès 2018 : En Pégoulade...

Partir en corse 6 : autour des aiguilles de Bavella

Celui qui aurait l'idée saugrenue de ne pas mettre les pieds dans l'arrière pays Corse n'aurait pas compris grand chose de cette île. La montagne fut longtemps le lieu de vie des insulaires, la culture culinaire ne trompe pas l'amateur de charcuteries et autres cochonnailles, le fromage évidemment, et la châtaigne utilisée aujourd'hui dans une bière locale pas désagréable du tout.

Après Bonifacio la blanche, retour dans le granit. La route sinueuse, est une promenade agréable, sauf bien sûr pour le chauffeur. La première étape est de s'arrêter à quelques kilomètres de l'Ospédale pour remplir les bouteilles et thermos d'eau de source fraiche, un bonheur simple, celui de boire de l'eau non traitée.

De l'Ospédale petit arrêt pour admirer la vue imprenable sur la mer. Les pins laricio grimpent vers le ciel et protègent nos têtes du soleil. Dans un chemin menant à quelques maisons sous les pins, une poubelle accueille les visiteurs avec un pinzuti fora. Nous poursuivons jusqu'au barrage, nouvel arrêt pour marcher un peu et profiter de l'air frais.

La route n'est pas encore encombrée, nous projetons de déjeuner face aux aiguilles de Bavella. L'énorme avantage des routes corses est de pouvoir motiver les enfants en leur promettant qu'il y verront un tas d'animaux : chèvres, cochons sauvages et depuis quleques temps des vaches! Cela ne rate pas dans la montée vers les aiguilles des chèvres, au col des vaches et dans la descente vers Solenzara des cochons.

Cela doit bien être la sixième fois que je vais voir les aiguilles de Bavella, toujours avec le même plaisir, les nuages semblent se déchirer sur les pointes de granit. Passage du GR 20 de nombreux gîtes accueillent des marcheurs, quelques panneaux solaires alimentent un restaurant, nous nous installons sous un pin, saucisson et melon pour se restaurer. Des alpinistes grimpent sur une façade, des marcheurs passent, les véhicules s'arrêtent, des touristes vons se recueillir auprès de notre dame des neiges, c'est incroyable ce que les religions peuvent entretenir comme images kitsch. Ici ce sont des petites bougies qui sont déposées au pied de la statue, certaines ont répandus leur cire sur les rochers et le sol, il semble bien qu'un incendie a été évité. Si c'est votre tripe que de déposer votre flamme au pied des saintes, sachez que vous pouvez vous fournir en bougie dans les supermarchés de Porto-Vecchio.

La prochaine étape est de s'arrêter se baigner en rivière. La rivière c'est la Solenzara, praticable en plusieurs lieux plus ou moins fréquentés. Plus vous marchez vers l'amont, moins il y a de monde. De belles plages de galets ou de sables vous attendent pour un bain dans des piscines naturelles et une eau agréable en été. Des touristes visiblement venant de l'est perturbent notre tranquilité, pack de bières, cigarettes, ils s'étalent quasiment sur nos pieds, il est temps de fuir face à un certain manque de savoir-vivre, de toute façon trop de monde arrive, nous rentrons au camping.

Décidemment, nous sommes bêtes, nous ne nous sommes pas arrêter à Zonza! C'est l'un des villages dans lequel il faut aller! Nous décidons un après-midi, après avoir pratiqué la plage de remonter vers l'Ospédale et de refaire un petit tour. Les enfants sont prêts, revoir des cochons ou des biquettes ça les amuse.

A Zonza il y a, comme dans tout village Corse, comme dans tout village Français, un monument aux morts avec une longue liste de ceux qui sont tombés entre 1914 et 1918. Les maisons sont en granit, granit gris, l'église aussi. Une supérette assure le ravitaillement local à des prix tout à fait abordables, des maison n'attendent que de revivre, les rénovations vont bon train. Quelques portraits dans la lumière du soir des enfants sur fond de granit amènent une partie de rigolade, sur la place de l'Eglise un garçon et son père jouent au ballon, madame les regardent, le paradis n'est pas loin.














Les vaches sont en libre circulation sur les routes corse...Notre Dame des neiges prie pour ceux qui affrontent la montagne
Zonza et ses maisons de granit gris...

Posts les plus consultés de ce blog

La tête dans les nuages, les pieds dans les déchets

Quand le soleil tape, dur, sur le sol, les arbres, les maisons et les visages, il faut nécessairement attendre le soir pour trouver de belles lumières. Les ombres s'agrandissent, les couleurs reprennent de la saturation. Sinon il faut attendre une de ces pluies de l'été pour retrouver le goût des lumières diffuses et douces. 

Commençons par la fin, le lendemain matin, vendredi 14 août, Mons, il est 7h00 à peine, vite, courrir la garrigue , les brumes ne vont pas durer, la pluie est bien tombée sur les sols chauds. Presque trop tard, déjà la lumière durcit le ton, la végétation tente encore d'aspirer cette bonne humidité, plus de 60 jours sans pluie, même en garrigue, ça assoiffe.


La veille entre deux averses nous sommes sortis nous promener. Nous prenons la route entre Celas et Maruéjols les Bois. Comme souvent je photographie les objets "jetés", les canettes écrasées, les bouteilles vides. Ce jour là il y a en plus un paquet de tôles certainement en amiante-cim…

Carnet de campagne 2017, photographies sans légende

Une sélection de photographies sur la campagne ou prises durant la campagne électorale de la présidentielle aux législatives. 7 photographies sans légende.


Make Giverny Great Again (2)

Les amateurs de peintures, les fans de l'impressionnisme, les amoureux de Monet sauront placer sur la carte de France cette petite commune aux confins de la Normandie et du Vexin. Pour les autres Giverny est située à quelques encablures de Vernon, ville de l'Eure, ville de mon enfance, coincée aux bords de Seine entre Paris et Rouen.


Giverny c'est la mecque de l'impressionnisme, celle de Monet. C'est là que crèchent ses nénuphars dans des bassins alimentés par une dérivation de l'Epte. Ce premier dimanche d’août entre deux séances de migration estivale, l'occasion d'une promenade familiale nous a conduit droit à Giverny pour visiter l'exposition du musée des impressionnismes (qui la dernière fois que je m'y suis rendu se nommait encore musée "américain") consacrée à Manguin.

Aucune faute de frappe, vous ne l'avez pas lu trop vite, il s'agit bien de Henri Manguin et non Paul Gauguin. Contemporain de Cézanne et Matisse, il fut l…