Accéder au contenu principal

Sélection

Pays(nu)ages

Partir en corse 4 : les îles Lavezzi


Les îles dans nos imaginaires laissent toujours une idée d’aventure, repères de pirates, robinsonnades volontaires ou forcées, exils, paradis ou enfer, personne n’est réellement indifférent. Raison de plus de se rendre aux îles Lavezzi ? C’est au coeur une réserve naturelle, à quelques encablures de Bonifacio avec vue sur la Sardaigne.

Pour les visiter le seul moyen de locomotion est le bateau, plus particulièrement un classique promène couillon. En arrivant sur Bonifacio des Parkings gratuits vous attendent si vous payez vos billets de bateau en arrivant ! Hum, cela laisse peu de place à la négociation. Nous décidons de prendre le parking « normal » payant, 4 €uros la ½ journée, 7 pour la journée. A peine sommes nous arrivés sur le quai où s’alignent les companies que noussommes interpellés, « Madame, Monsieur, je peux vous renseigner sur la destination ? »

« -Non, en fait uniquement sur le prix, pour une famille nombreuse, 2 adultes et trois enfants », répond Véronique, destabilisant pour le coup le jeune rabatteur.

« - Voyons voir », il prend le temps de la réflexion, jauge la famille, ou fait semblant, puis nous offre le voyage pour les 5 au prix des deux adultes. Bien joué, nous n’en demandions pas tant. Effet crise ou pas, sur le début de saison il est clair que 2 payants valent mieux que zéro. D’ailleurs d’autres voyageurs embarquent aussi leurs enfants « gratuitement ». Le service est rôdé et commun à 5 « compagnies », direction les îles Lavezzi à l’aller, au retour petite promenade du côté de Cavallo puis visite des falaises et de la grotte avec le plafond percé en forme de Corse inversée…

Quelques minutes plus tard le bateau largue les amarres, nous voici au ras des falaises, passage du phare, vue sur Bonifacio. Toujours aussi impressionnantes, les maisons de calcaires sur les falaises de calcaires, la cité "blanche" au pays du granit a de la superbe. Le guide démarre ses commentaires… « Bonifacio est la ville où il y a le moins de disputes conjugales… » le tout dans un bilinguisme parfait Franco-Italien.

Une demi-heure plus tard nous voici arrivés, quelques voiliers sont présents, déjà quelques touristes sur une plage, les rochers sont impressionnants, la mer est translucide, nous débarquons, le soleil tape un peu. La petite dernière n’a vraiment pas envie de marcher, nous partons sommes dépassés par tous les touristes. Nous suivons un chemin qui nous conduit sur une plage déjà bien remplie (ceux qui se dorent la pilule sur la côte d’azur la trouveraient vide), le rêve de robinsonnade est quand même bien loin.

Sortie du pique-nique, l’eau est vraiment claire, tiens des poissons, plein de poissons. Réserve naturelle oblige ils sont nourris à souhait, certains touristes leur donnent du pain et la mer s’agite convulsivement, les gentils petits poissons donnent l’impression de s'arracher la nourriture. Avec une telle eau c’est l’heure d’aller se baigner. Si vous avez oublié votre masque, tant pis pour vous, sinon c’est un pur régal. Attention toutefois aux méduses, elles sont présentes un peu partout, leur prolifération est rendue possible par notre capacité à polluer mers et océans de sacs plastiques tuant les prédateurs de ses bêtes visqueuses quoique pour certaines d’une beauté surprenante.

L’île mérite aussi qu’on s’y promène, les rochers, les plages, le cimetière qui héberge les morts du naufrage de la


Sémillante : voilà qui fleure bon

l’aventure. Il y manque un guide pour y découvrir la flore, pour raconter l’île et ses histoires secrètes. Par contre pas de bar, pas d’eau, pas de glace, pas de sandwich, bref pas de commerce, alors petit conseil partez équipés !

L’heure du retour approche, direction le bateau, la visite guidée nautique peut redémarrer, tour de l’île de Cavallo, « réserve de milliardaires », le guide, lui, adapte son discours en italien aux italiens et désignent les demeures des célébrités italiennes, puis fait de même pour les français. Nous verrons bien un lieu de vigiliature du "Cavaliere", déception : au téléobjectif pas de jeunes filles nues dansant au bord d’une piscine.

Décidemment je n’aime pas faire le tour des « riches », j'ai l'impression de faire du voyeurisme organisé. Le guide fait du gringue aux jeunes filles qui bronzent sur leur voilier, et aussi un peu d’humour, les mêmes blagues chaque jour, dur métier!

Enfin nous longeons la côte, encore des maisons de riche acteurs, philisophes et sportifs, le phare de Pertusato, les baigneurs au pied des falaisessont ridiculement petits, les grottes, l’escalier du roy d’Aragon, le chapeau de Napoléon, le gouvernail de la Corse et la corse à l’envers.

Aller, maintenant, il ne nous reste plus qu’à faire un petit tour dans le ville….



Publié sur :
Rédacteur Agoravox

Posts les plus consultés de ce blog

La tête dans les nuages, les pieds dans les déchets

Quand le soleil tape, dur, sur le sol, les arbres, les maisons et les visages, il faut nécessairement attendre le soir pour trouver de belles lumières. Les ombres s'agrandissent, les couleurs reprennent de la saturation. Sinon il faut attendre une de ces pluies de l'été pour retrouver le goût des lumières diffuses et douces. 

Commençons par la fin, le lendemain matin, vendredi 14 août, Mons, il est 7h00 à peine, vite, courrir la garrigue , les brumes ne vont pas durer, la pluie est bien tombée sur les sols chauds. Presque trop tard, déjà la lumière durcit le ton, la végétation tente encore d'aspirer cette bonne humidité, plus de 60 jours sans pluie, même en garrigue, ça assoiffe.


La veille entre deux averses nous sommes sortis nous promener. Nous prenons la route entre Celas et Maruéjols les Bois. Comme souvent je photographie les objets "jetés", les canettes écrasées, les bouteilles vides. Ce jour là il y a en plus un paquet de tôles certainement en amiante-cim…

Make Giverny Great Again (2)

Les amateurs de peintures, les fans de l'impressionnisme, les amoureux de Monet sauront placer sur la carte de France cette petite commune aux confins de la Normandie et du Vexin. Pour les autres Giverny est située à quelques encablures de Vernon, ville de l'Eure, ville de mon enfance, coincée aux bords de Seine entre Paris et Rouen.


Giverny c'est la mecque de l'impressionnisme, celle de Monet. C'est là que crèchent ses nénuphars dans des bassins alimentés par une dérivation de l'Epte. Ce premier dimanche d’août entre deux séances de migration estivale, l'occasion d'une promenade familiale nous a conduit droit à Giverny pour visiter l'exposition du musée des impressionnismes (qui la dernière fois que je m'y suis rendu se nommait encore musée "américain") consacrée à Manguin.

Aucune faute de frappe, vous ne l'avez pas lu trop vite, il s'agit bien de Henri Manguin et non Paul Gauguin. Contemporain de Cézanne et Matisse, il fut l…

Maison Rouge : nouveau cœur des vallées cévenoles

Samedi 16 septembre, l’événement des vallées cévenoles est bien en ce week-end des journées du patrimoine, l'ouverture partielle de Maison Rouge à Saint-Jean du Gard.


Les Cévennes souffraient de ne pas avoir un lieu à la hauteur, un lieu qui puisse marquer les visiteurs pour évoquer l'histoire et les traditions cévenoles. Un lieu symbole que chaque cévenol aurait en tête pour emmener sa famille, ses amis à la rencontre de ce territoire aux identités fortes.

Ce lieu est désormais ouvert au public. Maison Rouge, une ancienne filature, la dernière filature française fermée en 1965, devenue, en 2017, musée des vallées cévenoles.

En attendant son ouverture définitive au printemps 2018, les visiteurs, et les cévenols en particulier peuvent (re)visiter les Cévennes par leurs traditions (pastoralisme, industrie de la soie..) et son histoire. Il est intéressant d'écouter les "anciens" qui racontent leurs relations à ce territoire, de la châtaigne à la soie. Certains évoq…