Accéder au contenu principal

Sélection

Pays(nu)ages

Faut-il manger bio?


Révélations : le bio n'est pas meilleur pour la santé que l'agriculture conventionnelle "non-bio", tel est en substance le message "choc" qui fut repris par la presse pour vendre l'étude réalisée pour le compte de l'agence sanitaire britannique sur les valeurs nutritives de l'"organic food", la nourriture bio. C'est un peu la palissade qui nous est ici révélée, croire que le bio a de meilleures valeurs nutritives relève bien du domaine de la religion, il y a comme partout du bon et du moins bon, du bon et du mauvais gout.

Par contre fait étrange, aucune enquête sérieuse n'a pu être menée à ce jour sur l'effet des pesticides (herbicides, insecticides et fongicides), ces produits conçus pour tuer, et sur l'interaction de toutes ces molécules pour le corps et la santé humaine. Tel est en substance le message porté par les auteurs du livre "Pesticides : révélations sur un scandale français".

Ce que l'on y apprend? Que le système français privilégie toujours les gros, l'industrie plutôt que la raison des petits, plutôt que la protection de l'environnement. Que donc, quand un danger est repéré, avant d'avoir des autorités qui prennent à bras le corps le problème, elles font tout pour minimiser les risques malgré l'évidence. Et cela fonctionne. A chaque fois ce sont 10, 15 ou 20 ans qui sont gagnés. Gagnés pour les industriels, perdus pour nous, pour l'environnement.

Les temps changent, mais n'est-il trop pas tard? Les pesticides sont partout, ils s'accumulent. Tout comme les PCB se sont accumulés dans nos rivières, nos estuaires, tout comme les nitrates se répandent dans les sols et les nappes phréatiques, les pesticides se répandent dans la terre, l'eau et nos aliments puis dans nos veines pouvant provoquer de nombreuses maladies. Comme le PCB et l'amiante, les effets des pesticides sont connus, pas forcément scientifiquement détaillés, mais par le biais de suffisamment d'observations pour constater les dégâts.

Alors quand soudain, un cheval meurt parce qu'il perce une poche d'H2S, que son cavalier s'en tire de justesse, que ce gaz, mortel, à l'odeur d'œuf pourri quand il n'est pas encore mortel, puisse être associé à des plages, alors même que c'est le pire ennemi des égoutiers, alors là, les autorités se saisissent du problème.
à droite : les algues vertes un danger pour l'homme?
Trop tard! Les nitrates et leurs conséquences sont connus, archi-connus de toutes les personnes en tant soit peu concernés par les problèmes d'environnement. Déjà il est abondamment cité dans le livre parut en 2002 "Combien de catastrophes avant d'agir", déjà Nicolas Hulot en pleine présidentielle. Il faut donc que des effets visibles dans les médias prennent une tournure dramatique pour que enfin les nitrates soient un petit peu mis à l'index. Et pourtant l'Europe condamne régulièrement la passivité de la France face à ce problème.

Pour les pesticides il en va de même. Nos fruits et nos légumes ont tellement l'air inoffensifs, les molécules sont tellement invisibles qu'elles ne peuvent pas nous nuire. Erreur. Elles sont bien là, actives, dans nos cellules, dans le lait maternel, dans le sperme, modifiant sans doute nos métabolismes.

Alors si une étude vous informe que le bio n'apporte pas de plus value nutritive, il faut la croire. Et il faut comprendre, que le bio n'est pas une affaire de goût, mais bien une affaire de santé publique. Il faut comprendre que plus les plantes sont traitées, plus elles ont besoin d'être traitées. Il faut simplement comprendre que le bio ne contient pas de pesticides et que c'est pour cela que c'est meilleur pour votre santé.

Il faut comprendre, que ce sont les consommateurs qui doivent agir. La concurrence entre les états européens, dans le domaine agricole, est une aberration absolue. Course au prix désastreuse car course au rendement, à la productivité. Pour autant les auteurs du livre l'affirment : utiliser des pesticides en permanence enrichit avant tout l'industriel, pas l'agriculteur qui doit utiliser de plus en plus de produits phyto-sanitaires pour "rester dans la course".
ci-contre les tomates cerises "bio" du jardin
Il faut enfin comprendre, que notre système doit évoluer et revenir à une agriculture non pas raisonnée, mais une agriculture respectueuse de l'environnement. L'usage des pesticides, c'est comme les anti-biotiques : c'est pas automatique!

En clair un ouvrage à parcourir pour bien comprendre un système, d'ailleurs reproductible dans d'autres secteurs de l'économie française. Un ouvrage qui incite à réflechir à son mode de consommation.

Quelques liens complémentaires que vous pouvez enrichir :
http://www.victimes-pesticides.org/
http://www.pesticides-etudes.mdrgf.org/
http://www.observatoire-pesticides.gouv.fr/
http://www.pesticides-non-merci.com/


Posts les plus consultés de ce blog

La tête dans les nuages, les pieds dans les déchets

Quand le soleil tape, dur, sur le sol, les arbres, les maisons et les visages, il faut nécessairement attendre le soir pour trouver de belles lumières. Les ombres s'agrandissent, les couleurs reprennent de la saturation. Sinon il faut attendre une de ces pluies de l'été pour retrouver le goût des lumières diffuses et douces. 

Commençons par la fin, le lendemain matin, vendredi 14 août, Mons, il est 7h00 à peine, vite, courrir la garrigue , les brumes ne vont pas durer, la pluie est bien tombée sur les sols chauds. Presque trop tard, déjà la lumière durcit le ton, la végétation tente encore d'aspirer cette bonne humidité, plus de 60 jours sans pluie, même en garrigue, ça assoiffe.


La veille entre deux averses nous sommes sortis nous promener. Nous prenons la route entre Celas et Maruéjols les Bois. Comme souvent je photographie les objets "jetés", les canettes écrasées, les bouteilles vides. Ce jour là il y a en plus un paquet de tôles certainement en amiante-cim…

Make Giverny Great Again (2)

Les amateurs de peintures, les fans de l'impressionnisme, les amoureux de Monet sauront placer sur la carte de France cette petite commune aux confins de la Normandie et du Vexin. Pour les autres Giverny est située à quelques encablures de Vernon, ville de l'Eure, ville de mon enfance, coincée aux bords de Seine entre Paris et Rouen.


Giverny c'est la mecque de l'impressionnisme, celle de Monet. C'est là que crèchent ses nénuphars dans des bassins alimentés par une dérivation de l'Epte. Ce premier dimanche d’août entre deux séances de migration estivale, l'occasion d'une promenade familiale nous a conduit droit à Giverny pour visiter l'exposition du musée des impressionnismes (qui la dernière fois que je m'y suis rendu se nommait encore musée "américain") consacrée à Manguin.

Aucune faute de frappe, vous ne l'avez pas lu trop vite, il s'agit bien de Henri Manguin et non Paul Gauguin. Contemporain de Cézanne et Matisse, il fut l…

Maison Rouge : nouveau cœur des vallées cévenoles

Samedi 16 septembre, l’événement des vallées cévenoles est bien en ce week-end des journées du patrimoine, l'ouverture partielle de Maison Rouge à Saint-Jean du Gard.


Les Cévennes souffraient de ne pas avoir un lieu à la hauteur, un lieu qui puisse marquer les visiteurs pour évoquer l'histoire et les traditions cévenoles. Un lieu symbole que chaque cévenol aurait en tête pour emmener sa famille, ses amis à la rencontre de ce territoire aux identités fortes.

Ce lieu est désormais ouvert au public. Maison Rouge, une ancienne filature, la dernière filature française fermée en 1965, devenue, en 2017, musée des vallées cévenoles.

En attendant son ouverture définitive au printemps 2018, les visiteurs, et les cévenols en particulier peuvent (re)visiter les Cévennes par leurs traditions (pastoralisme, industrie de la soie..) et son histoire. Il est intéressant d'écouter les "anciens" qui racontent leurs relations à ce territoire, de la châtaigne à la soie. Certains évoq…