Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du août, 2009

Sélection

Féria d'Alès 2018 : En Pégoulade...

A suivre : les chasseurs d'orages

Août et septembre sont deux mois riches pour les chasseurs d'orages. Comment les photographier, comment les suivre?

Tout simplement en vous connectant sur le site www.chasseurs-orages.com pour voir par exemple cette carte des impacts renouvelée toutes les 30 minutes, mais aussi pour voir de somptueuses photogaphies des éclairs, des nuages et tornades...
A lire aussi pour les ados le Géo-Ado de ce mois qui parle de ces passionnés de l'électricité....

Y'a de l'orage dans l'air

Voici quelques photographies, certaines un peu retouchées, des orages d'hier qui sont passés autour de Celas.
Pris de court le premier éclair est shooté à main levée. Ensuite classiques règlages pour la nuit derrière une fenêtre : appareil sur un tépied, ouverture à F22 et pose longue au jugé ou à l'attente d'un éclair.



Faut-il manger bio?

Révélations : le bio n'est pas meilleur pour la santé que l'agriculture conventionnelle "non-bio", tel est en substance le message "choc" qui fut repris par la presse pour vendre l'étude réalisée pour le compte de l'agence sanitaire britannique sur les valeurs nutritives de l'"organic food", la nourriture bio. C'est un peu la palissade qui nous est ici révélée, croire que le bio a de meilleures valeurs nutritives relève bien du domaine de la religion, il y a comme partout du bon et du moins bon, du bon et du mauvais gout.

Par contre fait étrange, aucune enquête sérieuse n'a pu être menée à ce jour sur l'effet des pesticides (herbicides, insecticides et fongicides), ces produits conçus pour tuer, et sur l'interaction de toutes ces molécules pour le corps et la santé humaine. Tel est en substance le message porté par les auteurs du livre "Pesticides : révélations sur un scandale français".

Ce que l'on y appren…

Portrait : la découpe

Portrait d'un "vieil" homme très actif encore à 76 ans, préparation et découpe de l'agneau, à l'aide d'une seule lampe de 500 watts et d'un grand couteau, le tout dans la nuit noire...

Gagné : un FX40 avec "I (really) love Lumix"

Il y a parfois des petits plaisirs qui sont récompensés, renforçant ainsi le coté plaisir. Cette fois c'est ma participation, avec la photo ci-contre, à un concours photo (thème : le moment où tout bascule), organisé sur le site www.ilovelumix.fr qui me rapporte un petit FX40, valeur commerciale entre 230 et 250 €uros. Ce qui m'attire depuis longtemps dans le Lumix c'est L de Leica gravé sur l'appareil. Cela ne signifie pas que c'est un Leica, dans la plus pure tradition des reflex leica, mais c'est sensé être un gage de qualité optique et surtout d'élégance photographique.

J'aime présenter des photos sur des concours, en particulier si je peux voir ce que les autres candidats ont proposé. C'est parfois décevant, parfois au contraire cela permet de découvrir de très belles images, bien composées. Evidemment les participations en numérique sont susceptibles d'entrainer moult tricheries, les organisateurs, pas dupes, demandent aux vainqueurs de jus…

Partir en Corse 7 : le casteddu d'araghju

15 jours en Corse, c'est relativement court pour découvrir en profondeur cette île qui possède une âme à part. Alors comme tout le monde nous piochons aussi dans le guides pour découvrir, comme tant d'autres touristes,des lieux un peu à part ou du moins qui nous intéressent.

C'est ainsi que dans le guide du Routard est référencé le Casteddu d'Araghju, un site mégalithique à proximité de Porto-Vecchio. Le conseil du guide est sans équivoque il faut éviter d'y aller en plein cagna! Et pour cause. Un parking attend les visiteurs dans le village d'Arragio, un grand parking et ce 9 juillet, seule notre voiture profite de l'emplacement. Petite marche vers le départ du site, nous passons un bar puis un chemin le long d'un autre emplacement accueillant avec rafraichissements sous les figuiers pour le retour.

Bien le guide du routard annonce 20 minutes de marche, pour les jeunes adultes en pleine forme, avec de jeunes enfants ou bien des adultes moins aguerris, le…

Partir en corse 6 : autour des aiguilles de Bavella

Celui qui aurait l'idée saugrenue de ne pas mettre les pieds dans l'arrière pays Corse n'aurait pas compris grand chose de cette île. La montagne fut longtemps le lieu de vie des insulaires, la culture culinaire ne trompe pas l'amateur de charcuteries et autres cochonnailles, le fromage évidemment, et la châtaigne utilisée aujourd'hui dans une bière locale pas désagréable du tout.

Après Bonifacio la blanche, retour dans le granit. La route sinueuse, est une promenade agréable, sauf bien sûr pour le chauffeur. La première étape est de s'arrêter à quelques kilomètres de l'Ospédale pour remplir les bouteilles et thermos d'eau de source fraiche, un bonheur simple, celui de boire de l'eau non traitée.

De l'Ospédale petit arrêt pour admirer la vue imprenable sur la mer. Les pins laricio grimpent vers le ciel et protègent nos têtes du soleil. Dans un chemin menant à quelques maisons sous les pins, une poubelle accueille les visiteurs avec un pinzuti fora…

Patir en corse 5 : Bonifacio

Au-dessus du magasin la charcuterie prend l'air à la fenêtre

Après les îles Lavezzi, puisque nous sommes de retour par bateau à Bonifacio, il faut se rendre dans la ville. Petit train touristique (nous aurons tout fait !) les enfants en profitent pour sortir le paquet de gâteau, je l’intercepte en père indigne, la faim sans doute, un deuxième paquet surgit aussitôt pour combler les estomacs.

Le train nous emmène du bas de la ville vers le haut passe devant le cimetière marin, mais ne s’arrête pas. Il nous dépose dans le haut de la cité, nous partons sans destination, tombons sur les escaliers du Roi d’Aragon, pourquoi pas ! De la mer nous avons vu le trait dans la craie ça nous tentait bien (photo ci-contre)! Véronique et Marie décident de nous attendre, Pierre, Coline et moi partons à l’assaut des 187 marches de l’escalier. Construit en une nuit selon une légende cet escalier mène à une source. Avertissement sans frais aux cardiaques et aux parents inquiets la descente est raide, …

Partir en corse 4 : les îles Lavezzi

Les îles dans nos imaginaires laissent toujours une idée d’aventure, repères de pirates, robinsonnades volontaires ou forcées, exils, paradis ou enfer, personne n’est réellement indifférent. Raison de plus de se rendre aux îles Lavezzi ? C’est au coeur une réserve naturelle, à quelques encablures de Bonifacio avec vue sur la Sardaigne. Pour les visiter le seul moyen de locomotion est le bateau, plus particulièrement un classique promène couillon. En arrivant sur Bonifacio des Parkings gratuits vous attendent si vous payez vos billets de bateau en arrivant ! Hum, cela laisse peu de place à la négociation. Nous décidons de prendre le parking « normal » payant, 4 €uros la ½ journée, 7 pour la journée. A peine sommes nous arrivés sur le quai où s’alignent les companies que noussommes interpellés, « Madame, Monsieur, je peux vous renseigner sur la destination ? » « -Non, en fait uniquement sur le prix, pour une famille nombreuse, 2 adultes et trois enfants », répond Véronique, destabilisant…