Partir en corse : Toulon-Ajaccio

Pour partir en Corse, en famille et pour pas trop cher deux solutions : la première s'y prendre longtemps à l'avance, la deuxième espérer qu'avec la crise il restera des places soldées pour effectuer une traversée à moindre prix.

Pour nous le choix fut clair, l'objectif 2009 ce sont les vacances en Corse. Recherches de billets pour la traversée avec le "Partner" et nos 3 enfants dès janvier, réservation chez Corsica Ferry en février avec un départ fin juin de Toulon pour une arrivée à Ajaccio, avant de repartir à notre camp de base à Porto Vecchio...

Economies obligent, nous décidâmes de partir de la fin juin à la mi-juillet, et à vrai dire cela nous a bien convenu afin d'éviter les foules aoutiennes.
C'est donc le 26 juin que nous quittâmes notre logis cévenol pour rouler dès 4h00 du matin vers Toulon. 2h45 plus tard nous y arrivâmes. Alors qu'un premier bateau chargeait ses passagers, notre Ferry vint s'accoster et rapidement déversa sa cargaison de voitures et camions faisant la traversée inverse.
Economies toujours, la traversée aller-retour avec voiture nous aura couté moins de 300 €uros à 5, mais pour cause, pas de siège réservé, et comme nombre de passagers, direction le pont avec sacs de provisions, pulls et un peu de lecture pour patienter lors des 6 heures théoriques de la "croisière".

La magie d'une traversée opère toujours, l'odeur des fumées, puis une fois lancée les embruns sur la peau agissent instantanément, que ce soit pour se rendre en Corse ou à l'Ile d'Yeu, nous voilà déjà dans un autre monde.

Calme plat sur la méditerranée, attention ce n'est pas toujours le cas, il est maintenant 14h30, le bateau a pris du retard, les couloirs se sont vidés, les ponts se sont remplis, elle est là, à l'horizon, la montagne qui surgit de l'eau, Kallista, l'île de beauté, ça sent encore la mer, dans mes souvenirs olfactifs reviennent tour à tour les parfums de l'ile, de son maquis et de sa charcuterie.



Publié sur :
Rédacteur Agoravox