Accéder au contenu principal

Sélection

Pays(nu)ages

Partir en corse 2 : camp(ing) de base

Nous voici dans la deuxième du phase du voyage, établir un camp de base. Le mot camp est parfait, direction le camping, pas le camping à la mode ultra dans des bungalows confortables, non le camping à la dur, pas sauvage c'est interdit en Corse, dans un camping dans lequel on peut planter une tente.

à droite vue sur le golf de Porto Vecchio depuis l'Ospédale

Là aussi le choix a été difficile. Un camping doit être familial, disposer de sanitaires propres et nous voulions être au bord de l'eau aux alentours de Porto Vecchio. Notre choix s'est porté sur le camping des îlots d'or, dans le golf de Porto Vecchio, un camping qui s'est révélé être parfait pour notre voyage. L'emplacement nous a couté 39,5 € par nuit, rappelons le pour 2 adultes, 3 enfants, 1 grande tente et une petite voiture.

Dans le billet précédent nous étions arrivés à Ajaccio. Et de là il faut bien traverser l'île pour atteindre le camping. Pas le temps de trainer, nous sortons du bateau et quittons immédiatement le port pour nous diriger vers Porto-Vecchio.

à gauche vue sur la plage du camping des îlots d'or

Acte manque ou pas, toujours est-il qu'il y a deux manières de traverser le sud de l'ïle. La première en prenant la route qui descend à Sartène puis Figari et remonte à Porto Vecchio, la seconde, que nous prenons sur les recommandations de notre GPS qui nous fait passer par Quenza et Zonza. Pas de problème je maîtrise à fond les pédales de frein, les enfants ne disent rien, le paysage est évidemment magnifique (pas de photo je conduis), et la moyenne de la traversée se montera à 43 km/heure, le Gps considérant que la route est la plupart du temps limitée à 90 km/h nous avais indiqué que nous mettrions 2h30, de fait cela fut beaucoup plus long.

Le trajet :

View Larger Map

Pas de déception pour autant, au lieu d'arriver à 17h30 nous arrivons à 19h00, heure idéale pour choisir l'emplacement dans le camping, monter la tente, gonfler les matelas pneumatiques, faire le premier repas assis par terre. J'allais oublier, le camping à l'ancienne avec trois enfants et un simple Peugeot Partner (sans remorque ni coffre de toit) demande une préparation sans faille. C'est là que Véronique intervient avec une liste de l'essentiel, des caisses optimisées en rangement. Chacun aura dû faire attention à n'emporter que le strict nécessaire, et heureusement nous sommes en Corse, le beau temps est quasi assuré...

Publié sur :
Rédacteur Agoravox

Posts les plus consultés de ce blog

La tête dans les nuages, les pieds dans les déchets

Quand le soleil tape, dur, sur le sol, les arbres, les maisons et les visages, il faut nécessairement attendre le soir pour trouver de belles lumières. Les ombres s'agrandissent, les couleurs reprennent de la saturation. Sinon il faut attendre une de ces pluies de l'été pour retrouver le goût des lumières diffuses et douces. 

Commençons par la fin, le lendemain matin, vendredi 14 août, Mons, il est 7h00 à peine, vite, courrir la garrigue , les brumes ne vont pas durer, la pluie est bien tombée sur les sols chauds. Presque trop tard, déjà la lumière durcit le ton, la végétation tente encore d'aspirer cette bonne humidité, plus de 60 jours sans pluie, même en garrigue, ça assoiffe.


La veille entre deux averses nous sommes sortis nous promener. Nous prenons la route entre Celas et Maruéjols les Bois. Comme souvent je photographie les objets "jetés", les canettes écrasées, les bouteilles vides. Ce jour là il y a en plus un paquet de tôles certainement en amiante-cim…

Make Giverny Great Again (2)

Les amateurs de peintures, les fans de l'impressionnisme, les amoureux de Monet sauront placer sur la carte de France cette petite commune aux confins de la Normandie et du Vexin. Pour les autres Giverny est située à quelques encablures de Vernon, ville de l'Eure, ville de mon enfance, coincée aux bords de Seine entre Paris et Rouen.


Giverny c'est la mecque de l'impressionnisme, celle de Monet. C'est là que crèchent ses nénuphars dans des bassins alimentés par une dérivation de l'Epte. Ce premier dimanche d’août entre deux séances de migration estivale, l'occasion d'une promenade familiale nous a conduit droit à Giverny pour visiter l'exposition du musée des impressionnismes (qui la dernière fois que je m'y suis rendu se nommait encore musée "américain") consacrée à Manguin.

Aucune faute de frappe, vous ne l'avez pas lu trop vite, il s'agit bien de Henri Manguin et non Paul Gauguin. Contemporain de Cézanne et Matisse, il fut l…

Maison Rouge : nouveau cœur des vallées cévenoles

Samedi 16 septembre, l’événement des vallées cévenoles est bien en ce week-end des journées du patrimoine, l'ouverture partielle de Maison Rouge à Saint-Jean du Gard.


Les Cévennes souffraient de ne pas avoir un lieu à la hauteur, un lieu qui puisse marquer les visiteurs pour évoquer l'histoire et les traditions cévenoles. Un lieu symbole que chaque cévenol aurait en tête pour emmener sa famille, ses amis à la rencontre de ce territoire aux identités fortes.

Ce lieu est désormais ouvert au public. Maison Rouge, une ancienne filature, la dernière filature française fermée en 1965, devenue, en 2017, musée des vallées cévenoles.

En attendant son ouverture définitive au printemps 2018, les visiteurs, et les cévenols en particulier peuvent (re)visiter les Cévennes par leurs traditions (pastoralisme, industrie de la soie..) et son histoire. Il est intéressant d'écouter les "anciens" qui racontent leurs relations à ce territoire, de la châtaigne à la soie. Certains évoq…