La fin des corridas...

Les corridas, si parfois elles gardent encore une certaine aura, sont amenées à disparaître.
La mort du "toro" n'emballe pas le grand public. Dans les arènes il n'y a plus ou pas de "people" pour assister au spectacle...



Le noir et le rouge symboles de la corrida

Tradition de combat, affronter la mort pour le "vacher", un rituel qui ne peut que disparaître?


Parfois "el toro" prend le toréador entre ses cornes, frisson dans le public et émotion....


En maitre de cérémonie, le toréador peut transcender l'arène et faire oublier qu'au bout il y a la mort...


Tout spectacle nécessite d'affaiblir le taureau en le saignant, c'est le rôle du picador.
Savoir saigner sans tuer.

Six taureaux, un seul combat qui ne ressemblat pas à un abattage...

Conclusion : Préférence certaine pour les courses camarguaises et le respect de l'animal.
Sans entrer dans un schéma pro-corrida ou anti-corrida mon sentiment est simplement de dire que la mort du taureau, sa mise en sang, l'atmosphère que se dégage de l'animal me laisse penser qu'il sait sa fin proche. Le "jeu" est donc de le mater et de le tuer proprement.
Cela peut-il rester un jeu?